Et si le digital n’était que la partie émergée de l’iceberg ?

Sommaire

Iceberg de l'apprentissage

La digitalisation à marche forcée

Submergés par les injonctions silencieuses de la digitalisation, de nombreux organismes de formation et entreprises doivent leur survie à la « continuité pédagogique artisanale » et la fameuse pédagogie « démerdientielle » sans préparation, sans outil, ni accompagnement… La crise sanitaire a catalysé un mouvement lancé depuis de nombreuses années : la révolution digitale n’a pas épargné le secteur de la formation professionnelle.

Nombreux acteurs de la formation traditionnelle ont dû faire face au tsunami sans se noyer, parfois sans même une bouée de sauvetage, mettant à rude épreuve nos capacités d’adaptation voire de résilience. Il a fallu apprendre à la vitesse de la lumière alors qu’on avait l’habitude de ronronner tranquillement.

La nage en eaux troubles

Les solutions technologiques à usage pédagogique sont devenues plus abordables et plus faciles d’utilisation. Elles sont en même temps devenues très nombreuses et procurent à certains le désagréable sentiment de nager en eaux troubles.

Aujourd’hui, qui peut imaginer ce qu’aurait été un confinement sans internet, visioconférence, messagerie instantanée, réseaux sociaux et autres plateformes pédagogiques en ligne ?

La ruée vers le digital post confinement témoigne d’une nouvelle étape. Il est plus “facile” de réagir à l’urgence que d’anticiper des usages éloignés de notre quotidien. Surfer sur la vague de la transition digitale n’est aujourd’hui plus une option lointaine mais une réalité cinglante.

À la recherche de la recette magique

Aujourd’hui les offres de formation doivent être résolument en ligne, et répondre au « ATAWAD » (AnyTime AnyWhere AnyDevice) sans oublier d’être attractives, ludiques et orientées apprenant.

Malheureusement, il ne suffit pas de « zoomifier » une formation 100% présentielle pour obtenir la recette secrète de la formation parfaite. La transformation digitale de la formation ne se résume pas non plus à la mise en ligne des supports de formation utilisés pour le présentiel.

Au-delà du digital

Et si le digital n’était que la partie émergée de l’iceberg ?

Et si le digital nous amenait à repenser de nouvelles modalités d’interactions avec les apprenants, entre apprenants, avec le ou les formateurs ? 

Et si le digital était un levier pour repenser le sens de nos formations, pour en extraire l’essentiel, améliorer nos approches pédagogiques ?

Et si le digital n’était qu’une opportunité pour valoriser le présentiel, de permettre de personnaliser les parcours de formation, pour créer des liens qu’on n’aurait jamais eu en présentiel classique, pour redonner ses lettres de noblesse au droit à l’erreur ?

Et si le digital était une chance de créer de nouvelles organisations, plus collectives, plus agiles et plus humaines ?

La transition est digitale mais l’aventure est essentiellement humaine

A propos de l’auteur : Lucile

Co-fondatrice de Kawalearn. Digital Learning Manager Ma vocation : faciliter le changement des pratiques pour un monde plus agile, plus collaboratif, plus créatif et surtout plus humain.

Partager cet article 😉

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos dernières informations…

Retrouvez nos Politiques de données ici.

One Comment

  1. Evelyne 20/10/2020 at 21:00 - Reply

    Oui en avant la digitalisation
    Et ceci est un côté positif du confinement
    Maintenant à nous de gérer…….

Laisser un commentaire