Introduction

Vous souhaitez réaliser une capsule vidéo pour une formation ou simplement changer votre communication interne et votre choix finit par se porter sur la production d’un motion design ? Très bonne décision ! Le motion design est un moyen contemporain très efficace de transmettre des informations de façon concise et digeste. Cependant, comment le préparer ? Par où commencer ? Quelles sont les étapes clés de production d’un motion design (pré-production) ? C’est à toutes ces questions que je vais m’efforcer de répondre !

La pré-production

Par pré-production, on désigne toutes les étapes préparatoires à l’élaboration d’un contenu audiovisuel. De ce fait, la pré-production couvre toutes les étapes, de l’écriture à la réalisation des premiers éléments visuels. Mais pas de panique ! On va revoir l’ensemble des étapes pas à pas. On est parti !

1- L’écriture

2- Le scénario

3- Le moodboard

4- Le storyboard

5- La préparation des éléments

Étape 1 – L’écriture

Ce sera la base de toute la suite de la pré-production. De ce fait, l’écriture est l’étape de départ de tout le processus de réalisation. Sans histoire à raconter, rien ne pourra se construire. Les procédés d’écritures sont propres à chacun et sont amenés à varier en fonction du sujet et de l’objectif. Mais l’histoire se doit de répondre à certaines questions : 

  • Quel est le sujet ?
  • À qui je parle ?
  • Qui parle ?
  • Quel est mon message ?
  • Quelle est ma plus-value ?

Répondre à ces questions permettra de créer un fil conducteur pour votre projet et de répondre plus aisément aux changements et problématiques à venir.

Après avoir répondu à ces questions, on obtient la base de notre histoire, on va pouvoir développer celle-ci. L’important va être de rester concis et direct. La force du motion design réside dans sa simplicité et son efficacité. Une fois l’histoire définie, on peut passer à l’élaboration du scénario.

Étape 2 – Le scénario

Cette étape consiste au séquençage de l’histoire, c’est-à-dire l’organisation des informations. Il n’y pas de règles précises quant à cette étape, chacun conçoit son propre séquençage. Ici l’important est de rester simple et clair. La scénarisation va nous permettre de hiérarchiser l’information, faire un premier tri entre les informations primordiales et secondaires. L’objectif est d’organiser les informations et de mettre en place le début de votre narration, c’est-à-dire la façon dont vous allez délivrer lesdites informations. 

On va également déterminer les différents éléments sonores (musiques/bruitages/voix-off). Même s’il n’est pas nécessaire d’avoir déjà en tête l’intégralité de vos éléments visuels et sonores, il vous faudra néanmoins commencer à les imaginer pour plus de cohérence. Si vous voulez pousser le vice un peu plus loin, vous pouvez également commencer à déterminer les différentes valeurs de plans mais ceci peut attendre la phase de storyboard.

Étape 3 – Le moodboard

Une fois le scénario mis en place, il va falloir déterminer notre charte graphique et pour cela on va passer par le moodboard. Pour ceux qui commencent à être effrayé par le terme moodboard, pas de panique, il s’agit ni plus ni moins qu’une recherche graphique. C’est le moment de vous balader sur Internet ou dans des livres à la recherche d’éléments graphiques qui vont illustrer votre direction graphique. On va y rassembler des couleurs, des images, les juxtaposer, les superposer, les opposer, les associer, etc. En somme, on va rassembler un maximum de références graphiques (en essayant d’être malgré tout le plus concis et pertinent) afin de commencer à se représenter l’aspect visuel de votre motion design. 

Si cette étape peut sembler anecdotique ou facultative, elle se trouve être d’une importance capitale, particulièrement si le scénariste et la storyboarder sont deux personnes différentes. Le moodboard va servir de guide au storyboarder afin de rester dans les clous et ne pas s’écarter de la vision initiale du projet. 

Si vous ne savez pas où chercher, n’hésitez pas à passer par des plateformes de partages de créations graphiques comme Behance, Artstation, Dribbble ou des réseaux sociaux comme Pinterest et Instagram. Pour les plus perdus d’entre-vous, je vous recommande le site web de Same Energy, qui pourra vous aider dans la recherche de visuels.

Moodboard pour un motion design sur la pollution des océans

Étape 4 – Le storyboard

Nous sommes arrivés à l’étape la plus importante de toute la pré-production. Il s’agit de l’étape de mise en forme, l’élaboration de votre feuille de route. Le storyboard est LE document qui permettra à toutes les tierces parties de la production de garder le même cap. S’il est régulièrement associé à une pratique du dessin, il n’en est rien. Vous pouvez passer par de la photographie, du collage, ou tout outil permettant de créer des visuels, l’important est d’utiliser un support ou outil avec lequel vous êtes à l’aise. 

On va transposer le scénario sous forme graphique avec un maximum de détails. Il faut que n’importe qui puisse comprendre la forme finale du motion design à la simple lecture du storyboard. On va donc représenter nos écrans-clés, nos transitions, nos animations, notre charte graphique, nos valeurs de plans, nos voix-offs, dialogues, etc. Toute information nécessaire à la compréhension de la production finale est nécessaire. Ce n’est pas une mince affaire mais plus le storyboard sera complet et détaillé, plus la production sera limpide et efficace. Voyez le storyboard comme un plan de construction, une notice d’assemblage

En plus d’être destiné à votre motion designer, le storyboard permettra à votre graphiste de préparer en amont les éléments graphiques, à votre directeur artistique de garder une idée concrète de l’avancement du projet, à votre sound designer d’amorcer le travail, etc. Toute partie intégrante de la pré-production et production prendront le storyboard comme référence ce qui en fait un document de la plus haute importance à travers tout le processus de création.

Storyboard d'un un motion design sur la formation à distance par Kawalearn
Storyboard du film Unknown de Jaume Collet-Serra

Étape Bonus – Le styleframe

Qu’est-ce que le styleframe ? Il s’agit ni plus ni moins qu’une mise au propre du storyboard. Si elle n’est pas omniprésente ou indispensable dans certains studios ou productions (en cinéma, il n’y a pas ou peu de styleframe par exemple), dans le cadre d’un motion design, ce document peut se révéler très utile. Il va s’agir d’une étape intermédiaire entre le storyboard et la préparation des éléments graphiques. En plus d’augmenter la lisibilité de votre storyboard, ce document va vous permettre de préparer vos premiers éléments visuels afin d’accélérer la suite de la production.

Styleframe d'un motion design pour 1001 Vie Habitat par Thomas Mougeotte

Étape 5 – Préparation des éléments

On arrive donc à l’ultime étape de la pré-production, la préparation de tous les éléments. Tel un jeu de Lego, on va préparer chacune de nos pièces indépendantes afin de faciliter et accélérer la production du motion design, soit l’étape d’assemblage et d’animation. Dans le cas d’une plateforme web spécialisée comme Vyond, cette étape se résumerait à la préparation de vos éléments audios (voix-off, dialogues, musiques, bruitages, etc.) puisque la plateforme web vous offre déjà un ensemble de visuels à disposition. Dans le cas contraire, il va falloir préparer l’ensemble de vos éléments graphiques afin de les intégrer à votre logiciel de composition (Adobe After Effects, Powerpoint, etc.).

La production du motion design

Nous y voilà ! Tout est enfin prêt ! On va pouvoir commencer la production du motion design. Courage, vous avez fait déjà fait le plus dur ! Il ne vous reste plus qu’à assembler le tout et à travailler vos transitions et animations.

Conclusion

Gardez cependant à l’esprit qu’aucune de ces étapes sont immuables et que chaque projet demande une nouvelle approche, tout dépendra de ce que vous voulez réaliser. Comme dans de nombreux secteurs, la pré-production est de loin la partie la plus importante dans la réalisation. Plus la pré-production sera travaillée et aboutie, plus la réalisation sera aisée et rapide. De plus, rien n’exclut de produire ou modifier votre motion design durant la phase de production. 

Cet article a pour vocation d’être un guide non une recette, certains studios fusionnent l’étape d’écriture et de scénario par expérience comme d’autres préparent leurs éléments visuels durant l’étape de storyboard. L’importance de la pré-production est de vous offrir une vue d’ensemble et une vision claire du produit à atteindre. Et n’oubliez pas de développer une identité qui vous est propre. 

Un bon motion design est une production qui marque les esprits au-delà d’une question de qualité.

A propos de l’auteur : Kilian PRETTRE

Motion Designer. Je cherche à créer des motions agréables et captivants afin de rendre les formations plus ludiques.

Partager cet article 😉

Laisser un commentaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Recevez nos dernières informations…

Retrouvez nos Politiques de données ici.